Startseite

  • Agenda

  • Journal

  • Conseil de lecture

  • Nouvelles parutions

  • Actualités

  • Festivals

Contribuer

Aimeriez-vous que votre page web apparaisse dans l’index de recherche?

Etes-vous auteur/autrice ou éditeur/éditrice ou avez-vous le projet d’un livre ou d’une publication ?

LiteraturSchweiz

Paramètres

Agenda

30-08-2016
Politik und Liebe machen
Laura de Weck
Kantonsbibliothek Thurgau
Frauenfeld

Agenda

30-08-2016
Lesung
Max Goldt
Kaufleuten Zürich
Zürich

Agenda

30-08-2016
Neue haarsträubende Fälle
Philip Maloney
Werkstatt Chur
Chur

Agenda

31-08-2016
SJW-Vernissage 2016
Bettina Spoerri unterhält sich mit den Autoren, Il…
Theater Stadelhofen
Zürich

Journal

Bookfinder: LitteratureSuisse rend hommage à la journée mondiale du livre 2016 en proposant un service bien particulier: le chercheur de livres. En cliquant six fois seulement, vous indiquez vos préférences, et le chercheur de livres trouvera le livre suisse qui vous convient. Vous pouvez consulter le chercheur de livres pour vous-même, ou pour des amis ou connaissances à qui vous souhaitez offrir un livre. Pour acheter les livres qui vous seront recommandés, vous pourrez vous rendre à la librairie de votre choix ou les commander directement en ligne, auprès de fournisseurs externes.  

Journal

Antenne Romande: 'Histoire de la littérature romande': veillons au grain (de folie) !

Journal

Mitteilungen: Loorentag 2016 am 24. September ab 14 Uhr im Übersetzerhaus Looren, Wernetshausen zum Thema «Filme übersetzen»

Journal

«Der Mann, der das Glück bringt» von Catalin Dorian Florescu: Rezensionshinweis viceversaliteratur

Journal

Die Fiktion ist Vorbild der Wirklichkeit: Die bibliophile Notiz für Kalenderwoche 35

Journal

«Monsieur et Madame Rivaz» de Catherine Lovey: Critique par viceversalittérature

Journal

«Bärenlieder» von Heinz Stalder: Rezensionshinweis viceversaliteratur

Conseil de lecture

Tim Krohn, Aus dem Leben einer Matratze bester Machart: Immanuel Wassermann, un fabricant de colorant juif originaire de Berlin, débarque à Locarno en 1935 et rencontre Gioia, une belle Sicilienne. En un instant leurs destins sont noués, ils tombent instantanément amoureux l’un de l’autre et se marient le lendemain. Si Wasserman achète à l’hôtelier souabe le matelas flambant neuf sur lequel ils passent leur nuit de noces, c’est sans aucun doute parce qu’il est incroyablement confortable, mais aussi par amour pour Gioia, car sur le matelas se dessine une tache de sang impossible à enlever.

Conseil de lecture

Jérôme Meizoz, Père et passe: « Et puis tout à coup, on roulait paisiblement dans la campagne, j'ai éprouvé pour la première fois que père était mortel. » Dès lors, « tout est changé ». Bouleversé, Jérôme Meizoz commence à prendre des notes, entrelaçant souvenirs, rêves et anecdotes afin de «garder quelque chose de lui avant qu'il soit jeté, par la nature, aux ordures sidérales». Ces fragments structurent « Père et passe », lui donnant une forme ouverte qui accueille les silences, laisse vibrer les réminiscences. L'écriture a ici partie liée avec la disparition, et se veut aussi une forme de conjuration: il s'agit de faire mentir la superstition qui veut que, tant qu'il écrit, son père restera en vie. C'est par un soupir de soulagement que l'auteur clôt l'ouvrage: « Il ne s'est rien passé. »Et pourtant si. En lui préparant cette «chambre de papier» pour l'accompagner vers sa fin, il offre à son père une déclaration d'amour pudique et poétique. Sa prose juxtapose les lointains échos de sensations enfantines au regard de l'adulte sur un homme vieillissant, qui vécut entre engagement militant et travaux quotidiens. Avec tendresse, il observe les gestes, les lassitudes et les fiertés de cet homme de la terre qui n'a pas appris à exprimer ses sentiments – cela ne se fait pas, dans ce village valaisan «collé au mont comme un bénitier». Jérôme Meizoz confirme ici son talent pour la forme brève, elliptique. Dans sa tentative d'apprivoiser la fin, son écriture épurée distille mille émotions pour en garder l'essence, et parle à tous les pères, à tous les fils.(Anne Pitteloud)

Conseil de lecture

Marie-Jeanne Urech, Le syndrome de la tête qui tombe: En bas, dans la cave, les travailleurs s’agitent et accomplissent des tâches abrutissantes. Les hommes se sont transformés en bêtes de somme insignifiantes répondant tous au nom de « Blanchard ». Seule la manière dont on s’adresse à quelqu’un signale la hiérarchie : tout en haut gouverne « Le plus brillant, panthéoniste et le plus majestueux… Notre très cher Monsieur Weisslich ».Arthur Bellange est un de ces hommes de la cave, qui dessine, tout au long de la sainte journée, des traits ascendants, d’en bas à gauche jusqu’en haut à droite. Plus les traits montent de manière décidée, plus la société connaît de succès. A l’inverse de ses collègues, Schönengel s’autorise un reste d’impertinence, en n’oubliant pas son nom et en prenant congé le dimanche. Ceci n’est pas puni, car l’entreprise n’est pas une dictature, seulement une galère quotidienne.« Le syndrome de la tête qui tombe » dessine un monde avant tout absurde dans lequel Kafka et Orwell se rencontrent – au service de la réussite de l’entreprise. Le monde de la bourse pourrait difficilement être représenté de manière plus drôle et cruelle. Marie-Jeanne Urech compose une parabole magnifiquement fraîche, qu’elle met en lumière à travers une langue sobre et précise. Mais lorsque Monsieur Bellange commence à dessiner de gracieux arbres au lieu de lignes droites, les affaires s’effondrent.(Beat Mazenauer, trad. par Marie Fleury Wullschleger)

Nouvelles parutions

Zora del Buono: Hinter Büschen, an eine Hauswand gelehnt. C.H. Beck.

Nouvelles parutions

Eric Matile (Hg.): Der ultimative Ratgeber für alle praktischen Belange des täglichen Lebens. Salis Verlag.

Actualités

lit21: Paradies in Gefahr – Morten A. Strøksnes „Das Buch vom Meer“

Boersenblatt News: Thieme Verlag startet Plattform physioLink: Wissen für angehende Physiotherapeuten

LiteraturSchweiz Tweets: [ELit2016] European Literature Days 2016: Review on Samantha Schweblin by Judith Vonberg 29 August 2016 Schweblin was... https://t.co/bJWhLMvVMl

LiteraturSchweiz Tweets: [swissliterature] Die bibliophile Notiz → für Kalenderwoche 35: Die Fiktion ist Vorbild der Wirklichkeit https://t.co/zKSAH7pvTx #LitSchweiz

lit21: „Drehtür“: Das Prinzip Brühwürfel

Festivals

Le livre sur les quais 2016: Morges (Vaud)

Rigi Literaturtage: Rigi Kulm

Babel Festival di letteratura e traduzione: Bellinzona

Automne Littéraire Gstaad

BDFIL: Festival de bande dessinée Lausanne